Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Accueil (3)
· Actualités (35)
· Contrôles et exercices (1)
· Crise et récession (5)
· Droit (32)
· Economie générale (36)
· Les thèmes et les sujets importants pour l'examen (3)
· Management des entreprises (16)
· Préparation: méthodologie (15)
· Sujets examen (7)
· Thèmes de réflexion transversale (16)

Rechercher
Derniers commentaires

merci pr ck vs faite.mais pencer a mettre le site a jr ce sera encor plu genti
Par samuel.m, le 26.02.2012

merci pour l’ensemble de ces informations qui me sont très utiles. je consulte également le site http://plan
Par olivier Darmont, le 07.08.2010

en complément de ce blog, je propose: http://www.doc -etudiant.fr/d roit/
Par Audrey, le 08.04.2009

salut a tous et toutes maintenant je travaille pour le site http://www.act es-types.com ils sont super merc
Par carole, le 30.03.2009

la méthodologie doit être maîtrisée
Par Economie et Droit, le 19.03.2008

Voir plus

Articles les plus lus

· Balance des transactions courantes
· Le F.M.I. , rôle, fonctionnement et politique
· La consultation juridique: le cas pratique
· Les structures
· La TRIADE

· Régionalisation, zone de libre échange...
· ANALYSE ET SYNTHESE DE DOCUMENTS
· Développements structurés
· UNION EUROPEENNE
· Révision cours d'économie générale par thème
· 2008 année noire : ouverture
· La Responsabilité, la faute et l'objectivation
· l'économie d'échelle
· Monnaie forte, monnaie faible :faut-il choisir ?
· les techniques juridiques de coopération interentreprises

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Actes-types.com ( portail juridique)
· Corrigé Métropole G1 2007
· Epreuve Métropole G1 2007
· Corrigé Métropole A B 2007
· Epreuve Métropole A B 2007
· Corrigé Métropole G1 2006
· Epreuve Métropole G1 2006
· Corrigé Métropole G1 2005
· Epreuve Métropole G1 2005
· Corrigé Métropole G1 2004

Voir plus


Statistiques

Date de création : 21.09.2007
Dernière mise à jour : 06.10.2011
176 articles


Economie d'échelle

Publié le 23/11/2007 à 12:00 par economiedroit
Rendements d'échelle


Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.



Les rendements d'échelle sont un indicateur de la variation de la production d'une entreprise par rapport à la variation de ses facteurs de production.

Les économies d'échelles sont le même indicateur, mais évalué en unité monétaire (au prix de la production et des facteurs de production) et non unités physiques (kg de métal, m² de tissu, nombre de pièces, etc.). Le changement d'unité est sans incidence sur l'analyse, et les deux expressions sont fréquemment utilisée l'une pour l'autre.



Types de rendements
L'analyse économique s'intéresse au rendement parce qu'il détermine la quantité optimum traitée par une industrie, et donc la taille des firmes sur un marché. Les conditions techniques sont bien sûr le déterminant principal des rendements, et le progrès technique fait bouger les choses.

Les rendements sont croissants lorsque la production varie de façon plus importante que la variation des facteurs de production utilisés. La production d'une unité supplémentaire s'accompagne alors d'une baisse du coût unitaire, et la même quantité de facteurs permet de produire plus. On parle dans ce cas là d’économie d’échelle.
Les rendements sont constants lorsque la production varie dans la même proportion que celle des facteurs de production utilisés. Le coût reste lui aussi constant.
Les rendements sont décroissants lorsque la production varie de façon moins importante que la variation des facteurs de production utilisés. Ceci signifie que le coût marginal va en s'accroissant (plus on produit et plus il est coûteux de produire une unité supplémentaire) ou qu'il faut plus de facteurs pour produire une unité. Lorsque les rendements deviennent négatifs, on parle de gaspillage d’échelle ou déséconomie d'échelle.



Économies d'échelle

En pratique, les rendements sont généralement croissants pour de petites quantités, pour devenir constants, puis décroissants pour de très grandes quantités. Il existe alors une taille optimale pour l'entreprise, qui permet de maximiser les rendements.
Quasiment toutes les activités nécessitent des investissements initiaux (recherche, apprentissage, outillage, capacité de stockage, notoriété, etc.), qu'il faut faire indépendamment de la quantité produite. Il faut amortir ces investissement sur les quantités produites, et tant qu'ils ne seront pas saturés, une unité de plus sera moins coûteuse que les premières : c'est pour cette raison que les rendements sont d'abord croissants.

Lorsqu'on approche de la saturation des capacités de production, les choses deviennent plus compliquées. Des problèmes qui n'existaient pas encore commence à se poser : cadencement difficile, perte de temps qui deviennent insupportables, déchets qui commencent à devenir gênant et qu'il faut maintenant extraire et traiter, stockage intermédiaire qui devient nécessaire alors qu'il ne l'était pas au début, facteurs de production qui deviennent moins disponibles et qu'il faut remplacer par d'autres (plus couteux ou moins productif, puisqu'on utile prioritairement les facteurs les meilleurs), problème de circulation interne, de transports, etc.

Ces problèmes accroissent la quantité (et la qualité) des facteurs de production, et commence à peser sur la croissance du rendement avec les quantités. Selon les cas, ils ne feront que réduire la hausse du rendement (qui continuera dont à augmenter, mais moins vite), ou ils finiront par l'emporter et baisser de plus en plus le rendement (cas général, en pratique, puisqu'il y a physiquement toujours une limite à la quantité de matière qui peut être travaillée en un lieu et une période de temps donnée).

Des différences de prix visibles existent entre les petites séries (moteur de fusée, prototype) et les grandes séries telles que les biens de consommation courante. Le prix du matériau peut être sensiblement égal, mais la main d'œuvre qui tient une place très importante dans les productions à faible série peut être remplacée par une robotisation pour les grandes. Or rien n'empêche dans le principe une usine robotisée de travailler 24h par jour et 365j par an.

La production en grande série permet d'introduire une automatisation poussée et un contrôle qualité de manière statistique. En contrepartie, s'il devient possible de fabriquer une voiture toutes les 8 secondes, il va falloir les vendre au même rythme ce qui va poser des difficultés d'une autre nature.

Les économies d'échelles sont l'un des trois principes de base de l'économie urbaine avec les externalités et les coûts de transports





DERNIERS ARTICLES :
Comment utiliser ce blog d'économie de droit et de management
Comment utiliser ce blog? L'étudiant en économie droit, et management des entreprises pourra déja mettre à profit ce blog, en utilisant le "Google interne" et e
Articles par catégorie
Dans le cadre "Rubriques" à gauche de la page l'étudiant trouvera les articles classés par catégorie. Le nombre entre parenthèses indique le nombre d'articles par catégo
Epreuves d'examen en économie droit
Dans le cadre "sites et bloges" à droite et en bas de la page, l'étudiant trouvera des liens avec des épreuves d'examen, avec le corrigé, qu'il pourra mettre à profit pou
Liste des articles par ordre de parution
Liste des articles par ordre de parution. Pour obtenir un article, il suffit d'inscrire le titre dans le "Google interne" à droite de la page. Le chiffre entre parenthèse
Le commerçant et l'entreprise individuelle
Le commerçant et l'entreprise individuelle1. Définition du commerçant et de l'artisan Le commerçant L'artisan 2. L'accès à la profession commerciale Les limites
DECOUVRIR D'AUTRES BLOGS : fico
noeudschiens
testinside
phc
xuejiao123
forum